Histoire des toits de Paris

Au milieu du 19ème siècle, Napoléon III souhaite transformer la capitale et fait appel au Baron Haussmann pour les travaux. Haussmann souhaite uniformiser le décor urbain et s’empare du zinc pour les toitures parisiennes . Le zinc est un matériau plus économique, qui permet d’agrandir la surface habitable et qui s’adapte à l’inclinaison des toits dits “à la Mansard”. C’est ainsi que la plupart des toits parisiens sont gris.

téléchargement (1).jpeg
Capture d’écran 2020-10-20 à 11.05.45.

Les couvreurs sont des artisans au savoir-faire ancestral qui se transmet depuis plus de 300 ans. Aujourd’hui ils sont en charge de la restauration des toits de Paris.

 

Pour préserver cet héritage, une candidature a été déposée pour faire entrer les toits de Paris au Patrimoine Mondial de l’UNESCO !

Le journal, le carbone 14 des toits de Paris 

 

Il y a plus de 50 ans, le journal papier était beaucoup plus présent dans le quotidien des Français. Les couvreurs, après en avoir fini la lecture, en intercalaient les pages entre les feuilles de zinc et le béton encore humide, évitant d’avoir à attendre que celui-ci sèche. C’est en restaurant la toiture que les couvreurs trouvent le papier journal collé à l’ancienne feuille de zinc. Ceci nous permet de dater votre toit de Paris.  

Cette tradition a été peu à peu délaissée au profit de nouvelles. Chaque couvreur signe désormais à sa façon le toit qu’il rénove, laissant à son successeur une délicate attention (pièce de monnaie, bouteille de vin…). 

Pile de journaux